samedi 26 décembre 2015

Je l'aimais




Mécréante à pourfendre l’infamie du désir d’aimer, elle m’a brisé comme l’araignée tisse sa toile. Je n’en ai gardé que la souffrance de mes membres écartelés aux quatre coins de son garde manger.

Souffrant d’un corps ne pouvant même plus saigner, il ne me resta que mes yeux pour pleurer, derrière cette femme que j’ai tant désiré et qui m’aura vu sombrer sous les feux prononcés de cet innommable verbe aimer ; depuis, je n’ai plus jamais conjugué.

 Je me sentais trop déchiré par toutes ces années passées à ses côtés, à courir derrière elle comme tous ces hommes qui la poursuivent et qui jamais ne sauront la regarder. A ouvrir les yeux sur cette vérité cruelle, ce n’était pas moi, je faisais juste partie d’un plan prédestiné, à devoir combler quelques mois qu’elle m’aura laissé passer à ses côtés, pour mieux me jeter au profit d’un homme qui d’une voiture de luxe saura la combler.

 J’en garde le souvenir amer de mile putes tirées, comme  pour oublier que de mon venin, je n’ai pu la faire engendrer, que la capacité de me faire souffrir au point de vouloir crever. La mer à boire n’aura pas été plus simple à digérer que de recevoir un SMS pour m’annoncer que je me faisais cocufier.


            Depuis je vis dans le passé, dans l’indolence de cette enfance qui m’aura fait miroiter, cette femme qui causa ma perte comme toutes celles dont je suis passé à côté ; hommes prenez gardes, les araignées finiront toutes par vous manger.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire