Accéder au contenu principal

Vous les riches !


Bourgeois ! Ta vie est cousue de files d’or sur le manteau de la misère humaine. Tu regardes le pauvre dans la complaisance de tes beaux vêtements en apprenant fermement à tes enfants à ne pas finir comme tous ces êtres airant, ces moins que rien, ces ratés, ces fainéants. Et pourtant !


Tu te moques de la pauvreté comme d’une chose dont il faut impérativement se prémunir. Tu ne respectes rien si ce n’est la couleur de l’argent et tu sembles incapable d’ouvrir ta bourse et ton cœur pour répandre un soupçon de bonheur sur cette Terre. Tu fais de l’exploitation de l’autre la seule et unique façon de concevoir ta propre réussite, tout en te détachant un maximum de la prise de conscience de cette forme d’esclavage moderne que tu commets sans même t’en rendre compte. Quand tu fais partie de la « crème de la crème », tu vas jusqu’au point de faire des dons conséquents à des œuvres de charité pour te donner bonne conscience, en niant ce manège inhumain des êtres mis aux fers par une société dont tu es pourtant un des actionnaires principaux.


 Tu n’accordes aucune pitié à la race humaine et encore moins à tout ce qui ressort du monde animal. Tu penses être arrivé au sommet de l’évolution ce qui ne t’empêche nullement de saccager totalement l’écosystème. Tu brûles la terre, pollues les cours d’eaux et tu empoisonnes notre nourriture. Il serait utile pour nous de savoir de quelle manière stupéfiante tu peux bien t’y prendre pour nourrir ta progéniture sans la souiller par tous ces produits chimiques que tu fabriques et qui rongent notre corps ; nous le peuple, assujetti par la convoitise des apparats que tu agites sous nos yeux, telles qu’une voiture de luxe, un yacht ou une demeure sans fin, pour appâter de la sorte les plus faibles d’entre nous comme des poissons qui finiront forcément par mordre à l’appât scintillant de mille feux dans les eaux saumâtres où, ces derniers se bâteront les uns contre les autres pour s’emparer du luxe que tu exhibes comme une raison d’être et qui aura raison de leurs peaux. Puis, tu diras à tes enfants instruits qu’il s’agit là du plus bel exemple de la sélection naturelle.


 Quand bien même nous échapperions à ta pêche à la ligne, une fois que nous aurons gobés tes propos et tes promesses, nous serons mis au bagne dans un système que tu ne comprends même pas intrinsèquement mais dont tu es le gardien depuis que tu en possèdes les clés ; déposées dans ton landau au travers d’un héritage familial dont tu es le dépositaire, sans avoir du faire preuve d’une quelconque forme de mérite si ce n’est au travers de ta naissance grâce à laquelle tu fus placé au sommet d’une pyramide couverte de notre sang, nous le peuple, où toi et les tiens, vous demeurez perchés en ayant la main mise sur les richesses de notre planète. Vous avez poussé le vice jusqu’à nous faire payer notre eau de source que vous avez mise en bouteilles pour assurer la pérennité de votre empire, conquis par la force et insufflée par la peur face à laquelle vous ne tiendriez pas cinq secondes si nous vous traitions comme vous nous avez traités jusqu’à ce jour.


Nous le peuple, nous nous réveillons peu à peu d’un coma qui aura duré des décennies et durant lesquelles vous, les riches, vous aurez réussi à ruiner et détruire tout ce qui symbolisait la vie sur notre planète, en nous rendant aussi livide qu’un poulet qui va finir en « Nuggets ». Sachez à présent que la servitude dont nous avons fait preuve finira par connaitre son terme. Nous ne nous proclamons pas comme étant des « Justes » mais bien comme étant nourrit par le désir de vivre une vie saine et libre sur cette planète qui finalement ne vous appartient pas plus qu’à nous. De notre côté, nous sommes coupables de notre passivité et de notre laxisme et de ce fait, nous reconnaissons également notre part de responsabilités dans l’état actuel du monde. Cela étant, nous ne demeurerons pas jusqu’à la fin des temps comme les victimes corolaires de votre gourmandise et de votre avarice.


Nous n’utiliserons pas les poings pour gagner notre cause mais bien les fruits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal grâce auxquels, nous ouvrirons les yeux de nos semblables sur notre condition réelle et comme nous sommes déjà au fait que l’union fait la force et que nous sommes ultra majoritaire à périr sans raison, nous nous efforcerons sans relâche d’éduquer les plus jeunes d’entre nous, tout comme les plus vieux dans une moindre mesure, dans le but de reconquérir nos droits d’individus nés libres et égaux sur une planète où nous voulons pouvoir circuler tout aussi librement. Évidemment, nous savons que « le savoir est une arme » et qu’elle fait encore bien plus de dégâts que de nous comporter en misérables uniquement habiles de notre rage qui serait motrice de nos poings, en répondant de la sorte à vos espérances les plus profondes et en faisant usage de la force brute, ce qui ne ferait que de nous voir condamnés par l’utilisation néfaste de notre haine plutôt que du savoir pour regagner nos droits sur cette planète.


 Si par malheur nous ne trouvions aucune écoute auprès de vous, nous ferons comprendre à votre progéniture les  « monstres » que vous êtes réellement, en les instruisant sur la manière dont vous nous avez rendu serviles quand ce n’est pas purement et simplement en nous traitant comme des esclaves… Dites-vous bien que nous n’en sommes pas arrivés là du jour au lendemain et que si vous vous êtes montrés capables de nous tuer par millions au cours de notre pseudo « évolution », nous nous montrerons tout aussi capables d’être acerbes en ce qui concerne la défense de nos droits en permettant à la foule des plus petits de grandir sous des auspices de bonnes espérances. Nous avons su apprendre de votre histoire que le pire ennemi est un ennemi intérieur et qu’il n’y a rien de plus difficile que de faire obéir un enfant qui ne souhaite que la désobéissante comme moteur de vie. En somme, nous nous montrerons également capables de retourner la chair de votre chair contre vous si, notre chair périssant par votre faute est réellement la seule chose qui a de l’importance à vos yeux dans votre vie.


Garnements de tous âges ! Rejoignez-nous ! Il ne nous reste que peu de temps…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La solitude de l'homme du phare

  Sa solitude était si profonde qu’il ne désirait plus rien si ce n’est entendre la voix d’un être… Sa dernière demande n’eut pas été d’entendre Dieu et de pouvoir lui parler dans le fond des yeux mais, il réclamait de la plus tendre des manières qu’une voix qui vive lui réponde dans le silence moribond que connaissent parfois nos cœurs délaissés, là-haut, dans les phares d’où sont guidés les bateaux ballotés dans les tempêtes qu’il faut pourtant savoir aiguiller en homme simple qu’il était. Il s’ensuit que dans une sorte de mal insidieux qui ronge l’intérieur d'un corps qui tremble ; un corps submergé par la cristallisation des sens, un mal si profond qu’on hésiterait à lui donner un nom en langue française se montrant parfois trop faible de quelques syllabes…pour refléter l’état de délabrement de cet homme du phare rongé par ses responsabilités et par le poids du silence. Sans équivoque, notre ermite de la tour de pierre ne sait que trop bien que la flamme du phare doit conti

La poule du curé et la ruse du malin

  Tu te lèveras comme tous les matins pour vaquer à tes activités quotidiennes, tu n’en auras même plus conscience. Tu regarderas les gens autour de toi marcher, courir et s’enfuir, tu n’en auras plus conscience. Tu rigoleras par habitude, la vie est ainsi faite, celui qui ne rît pas est quelqu’un qui est en dépression, tu n'auras plus conscience de rire pour le plaisir de l’acte accompli mais bien par sympathie.   Les jours passeront comme des voitures partout autour de toi, tu auras connu tout ce qui est à connaître sur cette Terre que ce soit en mal ou en bien, puis ! Un jour, tu te réveilleras jeune de la vieillesse que tu constateras partout autour de toi. Dieu que le temps passe, tes amis seront tous vieux, desséchés et désœuvrés par une vie qui passe et qui les auras tabassés par la jalousie de celui ou celle pour qui les choses se seront un peu, juste un peu moins bien passées. Dieu qu’il fait sombre, la vie est parfois si sale qu’on dirait qu’il fait nuit en plein jour

Deux coups de vis et tu passes à la suivante

Tu tapes ! Tu tapes ! Tu tapes toute la journée. Y’a personne qui va te demander de pondre une idée… Le travail à la chaine c’est de la répétition. De la répétition et encore de la répétition. Je suis juste payé pour planter deux clous et trois visses au bon endroit et au bon moment parce que j’ai deux bras pour pouvoir le faire sinon, le meilleur conseil à donner est de laisser sa tête partir en vacances tout en restant concentré un minimum sur sa tâche. Ce travail n’est pas difficile mais il n’a pas de sens, aucune raison d’être, il rendrait fou un idiot ! La tâche est avilissante, c’est un travail de silence où ne demeure que le bruit des machines. Une fois que j’ai pointé et que mon boulot commence, je sais déjà que je vais répéter les mêmes gestes pendant huit heures et contre ça, il n’y a rien à faire. C’est comme ça et il faut l’accepter ou c’est la porte direction l’usine à drogues dans la rue, une usine qui coûte beaucoup d’argent et qui n’en rapporte pas du tout, autant l